CONTACTS

lajupettebarbue@gmail.com     Lia Ausserré 06 34 08 95 83  Philippe Duval, 9 allée des demoiselles 35660 Langon

https://fr-fr.facebook.com/LaJupetteBarbue/

Paroles et sources.

Répertoire La Jupette Barbue, Poil 1.

 

A l’ombrage

 

Traditionnel Vendée.

Entendu auprès du groupe les meneuses.

D'après une version chantée par Geneviève Robergeau (canton de l'Hermenault)

 

Allant faire un tour en ville pour m’y promener dedans (bis)

En mon chemin rencontre une bergère des champs

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

En mon chemin rencontre une bergère des champs (bis)

Je lui demande la belle combien gagnez-vous par an ?

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

Je gagne 600 francs dit-elle une paire de gants blancs (bis)

Venez-y chez moi la belle vous en gagnerez autant

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

Venez-y chez moi la belle vous en gagnerez autant

Et vous n’aurez d’autre peine qu’à tenir mon linge blanc

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

Vous coucherez avec ma mère, avec moi le plus souvent (bis)

Je ne couche point avec homme que je n’épouse auparavant

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

Je ne couche point avec homme que je n’épouse auparavant (bis)

A l’église, à la sainte table, devant Dieu, tous mes parents.

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

La couronne sur la tête, les rubans volant au vent (bis)

Quand j’y serai mariée, j’y coucherai tout mon comptant

 

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

Elle est à l’ombre mon aimante, la mignonette est à l’ombrage.

 

 

Les Métamorphoses

 

Traditionnel Haute-Bretagne

D’après le collectage de Louise Prévert à Pipriac et ses deux s?urs à Brux sur Aff.

(Carnet de route chansons traditionnelles de Haute-Bretagne,Albert Poulain.)

 

 

Si j’avais 600 livres en pièces d’argent (bis)

Je m’y renderai nonne dans un couvent, tu perdras tes attentes, cavalier blanc.

 

Ah si tu t’y rends nonne dans un couvent (bis)

Je m’y renderai cane dans une étang, tu perdras tes attentes cavalier blanc.

 

Ah si tu t’y rends cane dans une étang (bis)

Je m’y rendrai canard, canard volant, je soignerai la cane de temps en temps.

 

Si tu t’y rends canard, canard volant (bis)

Je m’y rendrai anguille sous le rocher, tu perdras tes attentes beau cavalier.

 

Si tu t’y rends anguille sous le rocher (bis)

Je m’y rendrai pêcheur, pêcheur d’été, je pêcherai l’anguille sous le rocher.

 

Si tu t’y rends pêcheur, pêcheur d’été (bis)

Je m’y renderai caille parmi ces blés, tu perdras tes attentes, beau cavalier.

 

Ah si tu t’y rends caille parmi ces blés (bis)

Je m’y rendrai chasseur, chasseur d’été, je chasserai la caille parmi ces blés.

 

Si tu t’y rends chasseur, chasseur d’été (bis)

Je m’y rendrai étoile au firmament, tu perdras tes attentes cavalier blanc

 

Si tu t’y rends étoile au firmament (bis)

Je m’y rendrai nuage, nuage au temps, je cacherai l’étoile au firmament

 

Si tu t’y rends nuage, nuage au temps (bis)

Je m’y renderai morte, morte enterrée, tu perdras tes attentes, beau cavalier.

 

Ah si tu t’y rends morte, morte enterrée (bis)

Je m’y renderai terre, j’te pourrirai, de tes amours la belle, j’en jouirai

 

Ah si tu t’y rends terre pour m’y pourrir (bis)

Je m’y rendrais saint Pierre au paradis, je n’ouvrirai la porte qu’à mes amis.

 

 

Ma p’tite maman ou l’amour m’y tourmente

 

Traditionnel Bas Berry

transmise par Rémi Mauduit

disque La bamboche en 1976 « jeu à monter sans colle »

 

Ma p’tite maman, l’amour elle m’y tourmente

Mariez-moi, vous m’y rendrez contente lonla

 

Pour t’y marier ma fille, il te faut un amant (bis)

C’est Nicolas celui que mon c?ur aime

Donnez l’moi donc vous m’y rendrez contente lon la

 

Pour Nicolas ma fille c’est un c?ur débauché (bis)

La nuit, le jour, au son de la musette

La nuit, le jour, débauche ces fillettes lon la

 

Pour débaucheur de filles, Madame je n’le suis pas (bis)

Je suis, eh là ! pour boire, chanter et rire,

Pour y savoir la volonté des filles lon la

 

La volonté des filles, malaisée à savoir (bis)

Y aller aujourd’hui, diront qu’elles vous aiment

Y allez-y demain, ne diront plus de même lon la

 

 

La double valse

Pour ce morceau nous associons les deux chants suivants

 

Les filles sont volages

 

traditionnel

d’après la version de Malicorne.

 

Les filles sont volages, fréquentez-les donc pas.

Un jour elles vous aiment, un jour elles vous aiment pas.

 

Par un dimanche au soir, m'en allant promener

J'ai entendu la belle, chanter une chanson

En vidant les bouteilles, les verres et les flacons.

 

Je m'suis approché d'elle, pour lui parler d'amour.

M'a répondu la belle, - Galant retire-toi

Y en a un autre que j'aime, bien plus joli que toi.

 

S'il faut que je m'retire, je me retirerai

Dans un couvent la belle, j'irai finir mes jours.

Vous ne pourrez pas dire, que j'vous ai pas aimée.

 

L’empêchement aux bans

 

Traditionnel `Vendée

chantée par C Auvinet de St Martin des Tilleuls .

CD: « Vendée, chansons en mémoire canton de Mortagne sur Sèvre »,

 

Un jour étant à mon chantier ma mère vient m’y dire

Elle vient m’y dire, vient m’annoncer

Que ma mie était fiancée.

 

Faîtes-y brider mon cheval, mettez-y donc la selle

Faîtes le brider, bien équiper,

Pour que j’aille voir ma fiancée.

 

Ô d’un bonjour ma bien aimée, ma charmante maîtresse

Ô d’un bonjour ma bien aimée

N’êtes vous pas là fiancée?

 

Là fiancée, oui je le suis, j’en maudis la journée

Ce sont dimanche les premiers bans

Galant mets-y empêchement!

 

Si c’est rendu à ce point là ma charmante maîtresse

Si c’est rendu à ce point là

Empêchement j’n’y mettrai pas.

 

Voilà le dimanche arrivé, le curé monte en chair

Ecoutez tous petits et grands

Je viens vous publier les bans.

 

Le beau galant qui était là, pas à pas il s’avance

Curé ne publiez pas ces bans

Je veux y mettre empêchement.

 

Que sont-ils donc ses bons parents, qui parlent de la sorte?

Ce ne sont point ses bons parents

Je n’suis que son fidèle amant.

 

Il y a sept ans que je l’ai vu, il y a sept ans que j’l’aime,

S’il y a sept ans que vous l’aimez

Il est bien juste que vous l’ayez.

 

 

Voici la St Jean

 

Traditionnel Vendée.

Cd Ardivelle

 

Voici la St Jean, la grande journée (bis)

Où tous les amants vont à l’assemblée

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

Où tous les amants vont à l’assemblée (bis)

Le mien n’y est pas j’en suis assurée

 

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

Le mien n’y est pas j’en suis assurée

Il est à Paris, loin de sa Vendée

 

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

Il est à Paris, loin de sa Vendée

Qu’apportera-t’il à sa bien aimée ?

 

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

Qu’apportera t’il à sa bien aimée ?

Chapelet d’argent, ceinture dorée

 

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

Chapelet d’argent, ceinture dorée

Chapelet sera pour la fiancée

 

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

Chapelet sera pour la fiancée

Ceinture sera pour la mariée

 

Va mon ami va, la lune se lève, Va mon ami va, la lune s’en va (bis)

 

 

 

A La douzaine

 

Pour ce morceau nous avons utilisé les textes des deux chants suivants , la mélodie est de la Jupette Barbue.

 

 

La demi douzaine d’amants

 

Traditionnel Haute-Bretagne

Chantée par Anne-Marie Rio à Plémet

Carnet de route chansons traditionnelles de Haute-Bretagne,Albert Poulain

 

J’avais pour passer mon temps une demi douzaine d’amants (bis)

Mais les garçons sont tous comme ça, ils ont tant le c?ur tendre

Et les filles sont si difficiles, qu’elles n’en savent lequel prendre

 

Le premier c’est un laboureur, celui là voudrait bien mon c?ur (bis)

Il est toujours à labourer, à labourer la terre

Oh non, non, non, je n’en veux pas de ce piocheur de terre

 

Le deuxième c’est un marin, Celui là encore bien moins (bis)

Il a toujours le verre en main, la bouteille sur la table

Oh non, non, non, je n’en veux pas de ce marin volage.

 

Le troisième c’est un pêcheur, celui là n’aura as mon c?ur (bis)

Oh non, non, non, je n’en veux pas de ce pêcheur d’anguilles

Quand je le vois venir vers moi mon c?ur en dégobille

 

Le quatrième c’est un boiteur, celui là n’aura pas mon c?ur (bis)

Comme je le vois venir vers moi ça marche me dégoûte

Oh non, non, non je n’en veux pas il a la jambe trop courte

 

Le cinquième c’est un tailleur, celui là n’aura pas mon c?ur (bis)

Il a beau faire le tour de moi, autour de ma ceinture

Jamais il n’a pu arriver à prendre la mesure

 

Le sixième c’est un meunier, c’est encore un joli métier (bis)

Il est toujours dans son moulin autour de sa farine

Oh non, non, non je n’en veux pas il a trop triste mine

 

Le septième c’est un sonneur, ce s’ra celui là qu’aura mon c?ur (bis)

Nous irons de bourg en ville de village en village

Il sonnera du violon et moi de la bombarde

 

Les douze amoureux.

 

traditionnel

 

On dit que j'ai deux amoureux, on dit que j’ai deux amoureux (bis)

Ah, j'en ai deux, j'en ai un, j'en ai pas, j'en aurai!

 

À la douzaine, j'aime, j'aime!

À la douzaine, j'aimerai {x2}

 

On dit que j’ai trois amoureux, on dit que j’ai trois amoureux (bis)

Ah j’en ai trois, j’en ai un, j’en ai pas, j’en aurai!

 

À la douzaine, j'aime, j'aime!

À la douzaine, j'aimerai {x2}

 

… jusqu’à 12…

 

La p’tite Rosalie

 

Traditionnel Haute-Bretagne

D'après un collectage fait à Rieux, Saint Jean la Poterie

Carnet de route chansons traditionnelles de Haute-Bretagne,Albert Poulain

 

C’est la p’tite Rosalie qu’a perdu son amant

serait-il donc possible dès l’âge de 15 ans ?

 

Rossignolet sauvage, toi qu’est si généreux

Apprends moi des nouvelles de mon jeune amoureux

 

Ton amoureux la belle, je l’ai vu ce matin

Au chant de l’alouette il a passé le Rhin

La belle se mit en route et marcha jour et nuit

A la quarantième arriva au pays.

 

En entrant dans la ville aperçoit son amant

Qui faisait l’exercice sous les drapeaux flottants

 

Si j’avais su la belle que tu m’aurais r’conne

J’aurai passé la mer jamais tu n’m’aurais r’vu

 

Si tu passais la mer moi je la passerai

Je serai cantinière dans ton joli métier

 

Pour être cantinière faut avoir du toupet

Et toi qui n’en a guère retourne à la maison .

 

Les Jambes en l’air

 

Traditionnel Québec.

Transmise par Anne-lise Foy.

 

M'en revenant d'chez l'boulanger (bis)

sur mon chemin j'ai rencontré

oui mais les jambes en l'air

 

si vous avez les jambes en l'air,
vous n'avez pas les jambes en bas

 

sur mon chemin j'ai rencontré (bis)

Une jolie demoiselle o gai

oui mais les jambes en l'air

 

si vous avez les jambes en l'air,
vous n'avez pas les jambes en bas

 

Savez vous pas se qu'elle m'a demandé?

 

elle a d'mandé à l'embrasser

 

Comprenez bien que j'ai pas refusé

 

Savez vous pas c'qu' est arrivé?

 

Un feu d'sauvage en dessous de mon nez

 

Le médecin qui m'a soigné

 

il m'a dit de recommencer!

 

La Violette

 

Traditionnel Haute-Bretagne

transmise par Jean Luc Le Mouël

 

Veux-tu venir avec moi belle, j’allons à l’heure, à la fraîcheur

J’allons à l’heure, à la fraîcheur, là tout le long de ces sentes vertes

Là bas là haut dans ces beaux lieux nous parlerons d’amour tous deux

 

Oh non,non, non répondit-elle je n’irai pas seule avec toi

Je n’irai pas seule avec toi car j’y ai peur de ta personne

On s’rait là au milieu du bois tu s’rais 100 fois plus fort que moi

 

N’aies donc point peur de ma personne je ne t’y ferai aucun tord

J’aimerais mieux cent fois la mort, la mort, la mort, la mort, la belle

J’aimerais mieux cent fois la mort là que de t’y faire aucun tord

 

Puisque tes parole sont si belles, prenons donc le sentier du bois

Prenons donc le sentier du bois pour y cueillir les belles violettes.

Je l’ai cueilli y’a bien longtemps à l’âge de 21 ans.